Accueil Blog Activités - Découvertes Architectures Phare de Sainte-Suzanne à la Réunion

 

Activités et découvertes : le guide de la Réunion

Que visiter à la Réunion? Une question que vous ne vous poserez plus après avoir consulté la rubrique de notre blog consacrée aux activités et aux découvertes qu'il est possible de faire sur l'île intense, le surnom de la Réunion. Celui-ci lui va à merveille tant il y a de choses à faire ! Notre guide de la Réunion passe en revue les visites à ne pas manquer, les lieux incontournables, les activités à pratiquer et le tout avec les commentaires des bloggeurs qui ont eu la chance de fouler le sol de l'île. Un guide de la Réunion très complet qui vous donne de nombreuses idées pour votre prochain séjour. Si vous ne saviez que visiter à la Réunion, désormais rien en vous échappera !

Phare de Sainte-Suzanne à la Réunion



 

Phare de Sainte-Suzanne, le premier phare de la Réunion

Phare de Sainte-Suzanne

Sainte-Suzanne : Premier phare de la Réunion

Le phare de Ste-Suzanne est l’un des monuments les plus intéressants de l’architecture de la première moitié du XIXème siècle à La Réunion. Il se dresse à l’extrémité de la pointe de Bel-Air, tel une colonne monumentale.

Deux rochers dangereux

Durant les années 1840, les cartes des ingénieurs hydrographes spécialisés dans le relevé des fonds marins proches des côtes dressent un bilan des dangers qui menacent les bateaux naviguant à proximité de l’île. A Ste-Suzanne, juste devant la falaise de Bel-Air, deux rochers à fleur d’eau, baptisés le “Cousin” et la “Marianne”, constituent une sérieuse menace pour la navigation sur la route des Indes.

Des lentilles de verre

Pour prévenir du danger, on pose en 1845 la première pierre d’un phare, mis en service le 15 octobre 1846. Son plan, conçu par l’ingénieur Diomat est simple. A la base, un bâtiment rectangulaire abrite les bureaux, la salle des machines et le logement du gardien. La colonne adossée à ce bâtiment mesure plus de 20 m de haut. Sa position au-dessus de la falaise permet de doubler cette hauteur. Les murs de la colonne masquent un escalier en spirale de 76 marches, seul accès pour se rendre au sommet. Bâtie en fer et verre, cette partie abrite les imposantes et fragiles lentilles de verre mises au point selon les instructions des frères Fresnel, qui perfectionnent au XIXème siècle le système d’éclairage des phares. En 1989, le phare de Sainte-Suzanne est automatisé. La présence d’un gardien n’est alors plus nécessaire.

Le phare de Sainte-Suzanne est l’un des monuments les plus intéressants de l’architecture de la première moitié du XIXème siècle à La Réunion. Il se dresse à l’extrémité de la pointe de Bel-Air, tel une colonne monumentale.

Une colonne monumentale

La colonne monumentale d’ordre toscan rappelle les colonnes du porche du Muséum d’Histoire naturelle, contemporaines du phare de Sainte-Suzanne. Elle est influencée par le goût néoclassique alors en vogue dans l’île, mais aussi par l’architecture des phares construits au cours de la première moitié du XIXe siècle en France, qui possèdent presque tous cette apparence. 

Vous aimerez aussi :
Architecture réunionnaise : Les bâtiments historiques réunionnais
L'Architecture réunionnaise : DVD sur les bâtiments historiques de la Réunion Architecture ré
Les lambrequins à l'île de la Réunion
Les lambrequins Inspirés des décors en bois découpés alors à la mode dans les villes de villé
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Tickets océan Indien & Monde

Rechercher sur le Site

Loading
top