Roland Garros : Aviateur réunionnais |

Roland garros, aviateur Réunionnais - ile de la reunion

Roland Garros : Aviateur réunionnais


Roland Garros est né à Saint-Denis en 1888. Souffrant très jeune d’une pneumonie, il doit faire du sport. Après le football, il se découvre des talents de cycliste. Il s’essaie ensuite au tennis lors d’un séjour en Angleterre. Egalement brillant à l’école, Roland Garros est diplômé de langues, de droit et de mécanique.


Cet article est extrait de l’ouvrage Petites Histoires de Grands Réunionnais de Marjorie Assani-Vignau. Vous y découvrirez d’autres personnages historiques et notamment Leconte de Lisle, fondateur de l’école parnassienne, Ambroise Vollard, mécène des peintres français, Léon Dierx, poète réunionnais, Marius & Ary Leblond, écrivains et critiques littéraires ou encore Edmond Albius qui a découvert la fécondation manuelle de la Vanille. 


Roland Garros : Passionné d’aviation

Sa passion, il la découvre en 1909 lors d’un meeting aérien. Il s’achète une « Demoiselle », un petit avion qu’il apprend à piloter seul et passe son brevet de pilote en 1910. Téméraire, il enchaîne les compétitions. En 1911, il décroche le « Grand Prix de l’Aéroclub de France », en établissant un record d’altitude malgré des conditions météo catastrophiques. Le 23 novembre 1913, il réussit la première traversée de la Méditerranée à bord d’un monoplan de 60 chevaux. Parti de Fréjus, il atteint Bizerte en Tunisie après 7 h et 53 mn de vol. A l’époque, il faut 30 h en bateau pour parcourir ces 700 km.

Roland Garros : Un patriote engagé dans le combat

Quand la première guerre mondiale éclate, il s’engage dans l’armée française. On lui confie des missions aériennes. Grâce à ses connaissances techniques, il apporte des améliorations considérables dans l’aviation de guerre. Il conçoit notamment un système de tir de mitrailleuse à travers l’hélice qui permet d’exécuter ses tirs, seul.

Roland Garros : Prisonnier pendant trois ans

En 1915, il est abattu et capturé par les Allemands et reste prisonnier trois ans. L’occasion de rejouer au tennis et surtout de cacher dans le manche de ses raquettes, chapeau, carte et boussole et de s’évader, déguisé en officier allemand. De retour en France, il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur et rejoint l’Escadrille des Cigognes de Georges Guynemer, pour se relancer dans le combat.

Roland Garros : Héros posthume

Le 4 octobre 1918, il s’envole en mission. A l’heure de l’appel, il manque Roland Garros. Son avion, touché par les allemands a explosé en vol, dans les Ardennes. Roland Garros n’avait que 30 ans. L’enfant du pays devient ainsi un héros réunionnais de la Première Guerre Mondiale.