Randonnée Réunion : Sur les Chemins de Mafate |

randonnee reunion-randonnee mafate

Extrait de l’ouvrage « Sur les chemins de Mafate » de Luc Reynaud.

Randonnée Mafate à l’Ile de la Réunion

Pour les amoureux de randonnées à la Réunion, voici un guide des randonnées à Mafate à vous procurer absolument. Vous y découvrirez tous les sentiers pour accéder au Cirque de Mafate et la liste des adresses utiles. Ce guide de randonnées est en vente dans les librairies et points de vente touristiques de l’Île de La Réunion.


Mafate est un refuge

A l’aube de l’occupation de l’île par des colons venus de France, le cirque de Mafate fut le refuge des esclaves fugitifs, les «noirs marrons». Ils retrouvaient ici liberté et sécurité, protégés par les remparts impressionnants, difficilement franchissables. Organisés en bandes puissantes, ils étaient dirigés par des chefs, le plus connu étant Mafate, qui donna son nom à un lieu-dit, puis à tout le cirque. Devenus dangereux pour la communauté des colons blancs, en raison de leur descente vers la côte, les «noirs marrons» seront impitoyablement pourchassés jusqu’à retrouver une vrai liberté avec l’abolition de l’esclavage, en 1848.

Viendront ensuite les petits exploitants blancs, encore appelés «petits blancs» qui, à partir de 1830, recherchent dans le cirque les terres perdues sur la côte, suite à de nombreux partages. Malgré les difficultés et l’éloignement, ils préféraient s’établir là, plutôt que de travailler comme ouvriers aux cotés d’anciens esclaves. La population sera complétée par des Créoles et des Malgaches pour atteindre les 2000 personnes vers 1950.

Puis ce sera le temps de l’exode, suite aux différents cyclones, à la désertification des terres et à la prise en charge du cirque par l’administration qui veut reboiser.

Aujourd’hui, Mafate est le refuge d’un certain art de vivre, protégé du stress de la vie moderne, retiré d’un monde où tout doit aller vite, loin des voitures et des embouteillages. La marche à pied est ici l’unique moyen de transport terrestre (140 km de sentiers) et si les hélicoptères sillonnent régulièrement le ciel, c’est surtout pour assurer l’approvisionnement du cirque de Mafate.

Les 750 habitants de Mafate ne tournent pas pour autant le dos à la modernité. L’électricité photovoltaïque, la télévision, les téléphones portables, l’électroménager, les blocs sanitaires ont grandement amélioré les conditions de vie des Mafatais. Médecins, infirmières, sages femmes se rendent régulièrement dans le cirque pour dispenser des soins. Sept écoles sont réparties dans les principaux îlets. Le développement des gîtes permet à de nombreuses familles de vivre de cette activité. Enfin, l’O.N.F., gestionnaire du cirque, et les communes de Saint-Paul et de La Possession, fournissent du travail à la population, et lui assurent la pérennité économique.

L’équilibre du cirque de Mafate reste malgré tout fragile, à bien des égards. Le développement du tourisme peut s’interrompre à tout moment suite à une crise comme l’a vécue La Réunion en 2006, avec le chikungunya, ou à un cyclone, comme en 1948 ou en 1980. La manne représentée par le tourisme amène certains propriétaires de gîtes à abuser du système et à en oublier les règles élémentaires de l’accueil et de la qualité du service. L’accumulation des déchets (plus de 200 tonnes par an) n’est pas sans poser des problèmes d’hygiène et leur évacuation en hélicoptère représente un coût important.

Pour que ce cirque magique reste une oasis, pour que Mafate garde la tranquillité qui en fait sa richesse, à chacun d’apporter sa contribution. Au randonneur de respecter la population, les propriétés privées, les règlements mis en place par l’administration. A ce même randonneur de remporter avec lui le moindre de ses déchets et de toujours laisser la nature comme il aimerait la trouver. A tous les prestataires, de veiller à l’amélioration de leurs services, pour une meilleure prise en considération des attentes de chacun. A tous les habitants, de gérer harmonieusement le développement de leur lieu de vie. Enfin, à l’administration et aux pouvoirs publics, de poursuivre la promotion du cirque, mais aussi sa protection, dans la continuité de ce qui en a forgé le caractère.

Dans ces conditions, Mafate gardera sa grandeur et son pouvoir de séduction, pour rester, plus que jamais, le vrai refuge qu’il a toujours été.