Le jacque ou ti jaque, un fruit apprécié dans la cuisine réunionnaise |

Le jacque est un fruit de la Réunion utilisé pour le cari ti jaqueLe jacque ou ti jaque, un fruit apprécié dans les recettes de cuisine réunionnaise dont l’un des plats créoles le plus connu est l’excellent cari ti jaque canard fumé sans oublier le Achard ti jaque.


Le jacque ou ti jaque est issu du jacquier, arbre tropical originaire d’Inde, présent en grand nombre dans la partie Sud-Est de l’île, dans les forêts humides de basse altitude. Il est d’apparence trapue et peut mesurer jusqu’à 10 mètres de haut. Son tronc est épais avec une écorce foncée. Ses feuilles, de couleurs vert foncé, sont persistantes et entières, sauf pendant la phase juvénile de l’arbre. Les fleurs apparaissent directement sur le tronc ou sur les branches, ce qui fait de lui un arbre cauliflore. Le jacquier se multiplie facilement car les graines de son fruit, le jacque, germent assez facilement.

 

Le jacque est de taille relativement importante puisqu’il peut atteindre les 70 cm de long. Il est de couleur vert jaunâtre à maturité. Le fruit est composé d’une multitude de drupes, et sa pulpe est ferme ou molle, de saveur douce sucrée. Cependant, son odeur peut s’avérer quelque peu repoussante, mais ne vous y fiez pas, son goût est tout autre.

Plusieurs variétés de ce fruit existent à la Réunion :

le jacque  »dur » : ses drupes sont fermes lorsque le fruit atteint la maturité ;

le jacque  »sosso » : sa chair est relativement molle à maturité du fruit ;

le jacque  »miel » : lorsque le fruit est à parfaite maturité, sa chaire secrète un jus très sucré qui pourrait rappeler l’odeur du miel.

Comment est-il utilisé à la Réunion ?

Coupe transversale du fruit du jacquier, fruit très prisé à l'Ile de La RéunionLe jacque est consommé avant sa complète maturité. Il est très apprécié en cari ou en rougail avec du porc fumé, de la volaille et même des crevettes. Afin d’en retirer sa chair, le jacque est épluché, coupé finement et enfin cuit comme un légume normal que l’on rajouterait en cours de cuisson, donnant ainsi lieu au fameux cari  »ti-jacque ».

Autrement, la pulpe de ce fruit peut être consommée crue et fraiche quand celui-ci est parfaitement mûr. Attention, toutefois car les graines du jacque s’avèrent toxiques si ingurgitées crues. Une fois cuites comme des châtaignes, elles perdent leurs propriétés toxiques. La chair entourant les graines du fruit fût autrefois utilisée pour en faire de la confiture, mais ce procédé est devenu un peu moins répandu de nos jours. Le bois de jacquier était également très apprécié pour confectionner les belles cases créoles de la Réunion, on l’utilisait notamment comme bois de charpente.